Carpe veritatem

La filosofia delle università

«M. Lecoq s’engagea le premier dans l’escalier et tout d’abord les taches de sang lui sautèrent aux yeux. Oh! – faisait-il, d’un air révolté, à chaque tache nouvelle, – oh! oh! les malheureux!
M. Courtois fut bien touché de rencontrer cette sensibilité chez un agent de police. Il pensait que cette épithète de commisération s’appliquait aux victimes. Il se trompait.
(Émile Gaboriau)

[………]


Manlio Sgalambro, Carpe veritatem in Arthur Schopenhauer, La filosofia delle università, Adelphi, Milano, 1992, pp. 121-141

I commenti sono chiusi.